Nous avons fondé ensemble la Société Coopérative “Les Lucioles”, qui fabrique le chocolat cru artisanal Rose & Cacao. Entre Dominique, fondue de chocolat cru, et Stephan, graphiste épris de collectif, comment a pris l’alchimie qui a mené au chocolat que nous vous proposons aujourd’hui ? Nous vous racontons notre rencontre et l’aventure entrepreneuriale et humaine qui en découle.

Parlez-nous de vos parcours individuels respectifs. C’était quoi votre “vie d’avant” ?

Dominique : J’ai depuis très longtemps une relation de connivence avec la nourriture, qui pour moi véhicule énormément d’émotions et de valeurs. Après un bac littéraire, j’ai donc eu envie de mettre les mains à la pâte comme on dit et je suis entrée en CAP de pâtisserie chez un Meilleur Ouvrier de France tenant boutique à Grenoble. J’y ai découvert l’univers des gâteaux, des glaces et du chocolat bien sûr. Et puis la vie a fait que j’ai radicalement changé de cap. J’ai donc voyagé, appris la boulange dans une communauté Camphill à Dumfries en Ecosse, ou encore pâtissé dans un café à Stuttgart en Allemagne, pour ensuite revenir en France et passer de la boulange (encore !) à … la rédaction d’articles pour le web ! Grâce à cette activité, où, tenez-vous bien, j’ai rédigé notamment des articles sur la nutrition destinés à des bodybuilders, j’ai approfondi mes connaissances et développé encore et encore mon intérêt pour une alimentation saine et consciente, dans le véritable respect de notre globalité d’être humain. Et c’est là, après plusieurs années hors du champ culinaire professionnel, et dans une phase de remise en question profonde, que j’ai décidé de me diriger vers une chose : ce qui me fait vibrer. C’est lorsque j’ai appelé cette qualité que mon amour pour la pâtisserie et le sucré a refait surface. Et forte de mes connaissances sur la nutrition, et de mon parcours personnel qui s’est inscrit dans une alimentation biologique et au maximum végétale, j’ai voulu que mes valeurs et mon amour pour les gourmandises se rejoignent. J’ai alors découvert Amy Levin, pionnière mondiale dans le secteur de la chocolaterie crue et vegan, et son programme de formation m’a tout de suite fait “tilt”. C’était bien là la clé pour combiner alimentation saine et gourmande ! C’est ainsi qu’a véritablement démarré mon aventure chocolatée.

Stephan : J’ai l’impression d’avoir eu plusieurs vies avant ce nouveau chapitre. Après une carrière comme graphiste, je me suis essayé il y a une dizaine d’années à la restauration (déjà :), en bio bien sûr. J’ai rejoins ensuite un collectif en création, sous statut coopératif, une CAE, coopérative d’activité et d’emploi. C’est une organisation qui a pour vocation d’accompagner les porteurs de projet à la création et au développement de leur activité économique et qui permet ensuite d’héberger juridiquement les entrepreneur.e.s en les salariant sur la base de leur chiffre d’affaire. L’idée était de trouver un statut à mon activité de graphiste indépendant. Je trouvais le principe intéressant et l’approche collective, coopérative, très séduisante. Tellement passionnant que je me suis pris au jeu et que j’ai décidé de me proposer à la cogérance de cette SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif). Ce statut singulier de ce qui reste une entreprise est d’accueillir dans son sociétariat une pluralité d’acteurs, au-delà de ses salariés. Dans notre cas, les porteurs de projet, avant même le passage au salariat, ont la possibilité de devenir sociétaire et ainsi de porter leur voix à la gouvernance de la structure. Leur capital social, c’est à dire l’argent qu’ils investissent dans les fonds propres de la coopérative, permet de consolider et pérenniser leur activité, faciliter leur passage au salariat, gérer les moments de creux…Il était attrayant aussi de confronter notre modèle à nos autres sociétaires, nos partenaires publics et autres financeurs. Enfin, tout cela a généré beaucoup d’intérêt chez moi, le souhait du collectif, de la coopération, de travailler à transcender les barrières entre les différents secteurs, public, privé… Imaginer le territoire comme un espace où tous s’attachent à partager certains objectifs, en terme d’emploi, d’aménagements, de services….Pour professionnaliser mon engagement en tant que cogérant, je suis retourné à l’université, pour passer un Master en Business Management, obtenu à Paris Dauphine en 2013. Moi qui sortais des beaux arts près de 20 ans plus tôt ! Ce champs nouveau qui s’offrait à moi me passionnait ! La vie des entreprises et tout ce qui en découle, leur environnement, la législation… comment elles pouvaient aussi, devaient jouer un rôle d’acteur citoyen. Tout naturellement, je glissais vers l’accompagnement des porteurs de projet pour les soutenir dans le développement de leur activité. Parce que le mouvement de la vie est une perpétuelle recomposition, cette fabuleuse aventure devait prendre fin pour ouvrir un nouveau chapitre qui s’écrit encore…

Comment vous êtes-vous rencontrés et qu’est-ce-qui vous a donné envie de vous associer ?

Stephan : J’ai rencontré Dominique alors que je venais de clore un chapitre de ma vie professionnelle. Je portais le désir de créer une entreprise qui porte du sens, des valeurs, qui s’inscrive dans la dynamique de ces entreprises libérées dont on parle de plus en plus.

J’étais habité par ce souhait quand nos chemins se sont croisés avec Dominique. La qualité de la rencontre, l’intérêt que je portais à son activité, l’excellence de son chocolat, l’esprit même qui l’animait… ont fini par me convaincre que mes compétences pouvaient venir suppléer aux difficultés qu’elle rencontrait et correspondre à ce à quoi j’aspirais.

Dominique : J’ai rencontré Stephan dans un cadre de loisir, en Ariège. Nous avons d’abord accroché sur le plan humain et amical, et de fil en aiguille nous nous sommes découvert des valeurs communes, et une envie de vivre l’aventure entrepreneuriale. Personnellement je suis bien lorsque je suis avec mon chocolat, mais la partie gestion et commerciale a toujours été une de mes fragilités. Les compétences de Stephan viennent idéalement compléter les domaines dans lesquels j’ai moins de compétences. Et puis pour être honnête, bien au-delà des compétences professionnelles de mon associé, c’est son savoir-être et sa volonté démontrée au quotidien d’être en relation de manière saine, responsable et bienveillante qui m’a véritablement convaincue de me lancer avec lui.

Quelles sont vos complémentarités ?

Dominique : Comme je le disais, mon truc c’est de fabriquer du chocolat, de caraméliser des noix de pécans, d’être dans les odeurs, les textures de la matière, la création de recettes et les associations de saveurs. J’aime aussi l’univers du web, des blogs culinaires et des réseaux sociaux (même si je ne suis pas une accro). Du coup c’est naturellement moi qui prend en charge ces différents aspects de notre activité chez Rose & Cacao.

Stephan : La partie graphique, le pilotage de l’entreprise, les aspects formels et juridiques, les contacts commerciaux…

Où en est votre projet d’entreprise aujourd’hui ?

Après l’installation de notre atelier de fabrication à Montgailhard, tout près de Foix, en juin, nous inaugurons aujourd’hui notre e-boutique. En plus de cet axe commercial très marqué, nous allons mettre en place un réseau de distribution en boutiques bios et autres épiceries fines. Enfin, nous souhaitons ouvrir un espace de vente dans notre atelier. Situé dans l’ancienne boucherie du village, notre salon chocola’thé vegan proposera un espace où bien sûr vous pourrez acheter les tablettes de chocolat cru Rose & Cacao, mais aussi venir passer un moment autour d’un thé, d’un café ou d’un chocolat (chaud mais cru bien sûr !), en dégustant nos pâtisseries crues, 100% végétales et sans gluten.

A quels défis auxquels avez-vous dû faire face à ce jour ?

Le parcours du créateur d’entreprise est un défi en soi ! Les aspects inhérents à la création d’une entreprise sont nombreux, extrêmement divers, et on en découvre au fur et à mesure du parcours ! Le plus important pour Rose & Cacao c’est de démarrer en septembre, construire un réseau de distribution, réussir le lancement de l’e-boutique et être fins prêts pour les fêtes de fin d’année. D’autres défis se présentent : affiner nos relations avec nos partenaires fournisseurs, dénicher le maximum de matières premières locales, avancer avec une visibilité limitée….

Quelles sont vos valeurs communes, ce qui vous rapprochent dans votre philosophie d’entrepreneur ?

Entreprendre autrement pour nous c’est, au-delà de répondre à la nécessaire pérennité de notre modèle économique, répondre à notre quête de sens, notre vision d’un monde où l’économie est au service des humains, de leur épanouissement, de leur développement sans poursuite de la seule volonté d’accumulation. Où l’entreprise joue aussi un rôle social et sociétal, pour ses salariés mais aussi pour le territoire sur lequel elle opère.

Ce qui vous enthousiasme dans ce projet ?

Dominique : Fabriquer du chocolat, créer un produit de A à Z, de la recette à tester et à peaufiner à l’emballage à concevoir et à valider, en passant par l’écriture d’articles sur des sujets qui me passionnent comme l’alimentation vivante ou les bienfaits du cacao cru, et bien sûr le projet de notre salon chocola’thé où nous pourrons rencontrer les gens “pour de vrai”.

Stephan : Piloter, anticiper, développer l’entreprise, l’inscrire dans ses volets sociaux et environnementaux, créer de l’emploi et du lien social…

Voulez-vous faire passer un message avec Rose & Cacao ? Si oui, lequel ?

StephanLe choix d’un statut coopératif pour Les Lucioles (raison sociale de l’entreprise), c’est l’idée d’un commerce bienveillant, d’une aventure entrepreneuriale coopérative où chaque maillon de la chaîne, du producteur de cacao à l’amateur de chocolat d’excellence, soit respecté.

Dominique : L’envie de montrer, à travers le chocolat Rose & Cacao, vegan (donc sans lactose), mais aussi sans gluten et à faible index glycémique, qu’il est tout à fait possible de se faire plaisir tout en respectant son corps et sa santé. Les aliments que nous choisissons ont un impact profond et essentiel sur notre bien-être global, et nous souhaitons vraiment que tout un chacun puisse comprendre dans son être à quel point notre nourriture agit non seulement sur notre santé physique, mais aussi sur notre état émotionnel et mental. C’est pour cette raison que dans l’espace agora du site Rose & Cacao, les questions traitant de l’alimentation consciente en général seront régulièrement évoquées.

Quelles sont les prochaines étapes de votre projet ?

L’ouverture de la boutique en ligne www.rose-et-cacao.com, du développement du réseau de distribution et, plus tard, de “La Boucherie”, notre salon chocola’thé vegan ariégeois.

Pourquoi associer la rose et le cacao ?

Dominique : Dans ma vie d’avant j’ai exercé le métier d’accompagnatrice en thérapie florale. J’ai donc travaillé en étroite collaboration avec les élixirs floraux et l’esprit des fleurs, qui sont des êtres auxquels je me sens intimement liée. C’est donc assez naturellement que j’ai eu envie d’associer les fleurs et le chocolat. Mon choix s’est porté “par hasard” sur la rose, car c’est la fleur du coeur et de l’amour. Mais nous ne travaillons pas uniquement la rose. Nous proposerons également très bientôt une tablette de chocolat qui marie la fleur d’hibiscus à la noix de muscade et à la banane !

Pin It on Pinterest

Share This