0
0 Produits sélectionnés

No products in the cart.

« Tu n’as pas que 5 sens physiques (vue, odorat, ouïe, goûter et toucher). Tu es doté aussi de 5 sens spirituels ; émotion, imagination, intuition, conscience et inspiration  » Bernard WERBER.

Le savoir est infini ! Chez Rose et cacao nous ne restons pas sur nos acquis et cherchons constamment à s’améliorer. Pour cela, comme tout apprentissage, parfois, il faut commencer par désapprendre, faire fi de nos habitudes et réflexes pour s’ouvrir à de nouvelles expériences.

Ce mois-ci, nous vous avions promis d’approfondir un sujet qui nous tenait à coeur : la dégustation. Oui, nous mettons du cœur à l’ouvrage pour mettre entre vos mains des produits faits avec tendresse. Et nous espéront qu’ils soient appréciés à la valeur que nous leur apportons. Travailler la fève de cacao c’est fabuleux, captivant, envoutant…, bref, vous l’avez compris nous sommes passionnés et voulons partager !

Pour une petite entreprise comme Rose et cacao, il faut être à l’écoute des envies, des besoins, bref, de vos attentes.  Aimer le chocolat Rose et cacao, c’est aimer le vrai goût du chocolat ! Du chocolat noir. Du chocolat cru. Des recettes subtiles, orchestrées afin de plaire au plus grands nombre tout en s’inscrivant dans notre sensibilité. Restez attentif, arrivée imminente d’une nouveauté !

C’est donc pour vous, amateurs de bonnes choses, que nous avons, avec beaucoup d’intérêt, décidé de relayer les meilleurs conseils de dégustation pour votre chocolat grand cru.

5 bonnes raisons de (re)découvrir le chocolat :

 

Olfactive : de la madeleine de Proust au chocolat

 » On est souvent trop gourmand pour attendre avant de goûter un chocolat!  Pourtant, un parfum très cacaoté et persistant, qui embaume sans faillir, est l’un des premiers signes d’un chocolat de qualité. L’odeur qu’il dégage permet aussi de déceler quelques pistes de saveurs bien avant de l’avoir croqué. En humant le chocolat (n’hésitez pas à le porter à votre nez!), vous pourrez déjà deviner s’il sera fruité, acidulé, torréfié, etc. Prendre le temps de sentir, c’est aussi une belle façon de faire durer le plaisir… »

 

Tiré du livre Passion Chocolat de Geneviève Grandbois.

La toute première fois que l’on pousse les portes de Rose et cacao, ce qui happe c’est cette fabuleuse odeur qui enivre dans la boutique. Vous êtes nombreux et nombreuses à l’avoir apprécié également.

Le « pouvoir d’évocation » des odeurs est un véritable outil de voyage sensoriel. Nous connaissons cette notion à travers « la madeleine de Proust » rappelant l’enfance. Autant vous dire que l’odeur du cacao porte en elle de merveilleux souvenirs pour la plupart d’entre nous. Les propriétés du cacao sont chimiquement et émotionnellement  liées au plaisir. Par ici pour (re)lire l’article l’amour au chocolat qui vous en dis plus.

Le chocolat est fait à partir de cacao. Cette distinction prend tout son sens dans l’olfactif. Dans le chocolat noir, on peut déceler une palette d’arômes, mais aussi et surtout cette forte présence du cacao. Sentir une amertume ou une acidité tout de suite est une preuve de la présence suffisante d’un pur cacao dans le chocolat. Le chocolat cru lui, possède des arômes subtils et variés, une note florale plus dominante et un goût très prononcé en cacao.

Utiliser votre odorat pour percevoir les nombreux arômes du chocolat. vous pouvez :

  • soit en inhaler le parfum en tenant un morceau directement sous votre nez,
  • soit laisser le chocolat fondre dans votre bouche, l’expirer et ensuite en inhaler les arômes.

Pour approfondir :  https://trustmyscience.com/origine-de-l-odeur-du-chocolat-noir-identifiee/

Le plaisir visuel

Appréciez-vous le graphisme de nos jolis emballages ? Avez-vous remarqué tous les détails des tablettes ? Rose et cacao est née de la rencontre d’une chocolatière passionnée et d’un graphiste perfectionniste. Ce dernier a imaginé et crée ces touches délicates qui habillent votre chocolat. De l’élégance du logo au choix des matériaux, en passant par l’impression que vous retrouvez sur chaque tablette, les exigences du chocolat se sont naturellement accordées à l’ artiste comme à l’artisan.

Nos sens ont une influence notoire sur notre perception de notre environnement. Savez-vous que la couleur de votre tasse peut elle-même influencer votre expérience gustative ? En effet, le orange serait la couleur la plus appropriée afin d’optimiser votre dégustation. comment ? Nous vous invitons à découvrir cette incroyable expérience scientifique publiée en 2012 au Journal of Sensory Studies:  Source : lire l’article ici

Avant d’entamer le chocolat même, prenez le temps de vous attarder à la beauté de l’emballage et au soin accordé à chaque détail. Certains emballages de chocolat fin comptent parmi les plus belles réalisations en design dans le monde. Je connais même des gens qui les collectionnent!  Cela dit, il peut arriver que la promesse de qualité exprimée par l’emballage ne soit pas tenue par le chocolat qu’il renferme… Une fois l’emballage ouvert, considérez le chocolat nu. Un bon chocolat doit être brillant. Tout voile blanc à la surface révèlerait un défaut de cristallisation ou une mauvaise conservation. Un bon chocolat blanc sera d’une jolie couleur crème tirant ou non sur le jaune. Un bon chocolat au lait doit être d’un brun capiteux, alors qu’un bon chocolat noir tirera sur le noir intense, parfois rougeâtre.

 

Tiré du livre Passion Chocolat de Geneviève Grandbois.

 

Et l’ouïe dans tout ça ?

Il est probablement le sens le plus oublié quand on parle d’art culinaire. Pourtant, tout autant qu’il est étroitement lié à l’appareil ORL, le sens auditif a bien sa place sur scène dans le spectacle de la dégustation. Même si à l’atelier le son des moulins et tous les bruits liés à la production peuvent évoquer une symphonie, concrètement, le chant du chocolat n’a rien de fantastique. 

Pourtant, il faut bien écouter. Le bruit que produit le chocolat lorsqu’on le casse est un bon indicateur de sa qualité. Comme pour l’ouverture des petits pots, il doit y avoir un « clac » lorsqu’on le casse. Si ce n’est pas le cas, il y’a un problème: soit le chocolat est trop mou, soit il s’ effrite. Ce qui peut confirmer la mauvaise qualité de la matière ou la température de dégustation trop élevée. Il est donc important de conserver le chocolat à une température ni trop basse ni trop élevée (entre 18 et 24 degrés). Nous vous invitons à rester attentif, nous traiterons des conseils de conservation très prochainement. 

Si un chocolat noir produit un bruit net et sec, c’est un beau présage. S’il produit un son mou et sourd, la suite risque de vous décevoir. Il peut aussi être amusant de casser les chocolats et de comparer leurs bruits selon qu’ils soient blancs, au lait ou noirs. La quantité de lait et de beurre de cacao influe sur le son du chocolat. Plus le chocolat contient l’un ou l’autre, plus il produira un son doux. 

Enfin, si un jour, vous entendez l’appel du chocolat, surtout ne résistez pas ! 

 

Plein les doigts !

Vos parents vous ont surement interdit de jouer avec la nourriture ?! Voici enfin le moment de passer outre ! Vous allez pouvoir manipuler votre chocolat, le tourner, le caresser, juger sa texture. Si en le prenant dans vos mains, le chocolat fond rapidement, c’est qu’il contient une bonne portion de beurre de cacao. Par contre, si vous le tenez pendant au moins 20 secondes et qu’il ne commence pas à fondre, c’est un signe de mauvaise qualité.

Dès l’achat, vous pouvez déjà avoir une idée sur la qualité de votre tablette. Le bon chocolat se reconnait au toucher. Il doit être dur et lisse. Une tablette cassée avant son déballage n’est donc pas signe de mauvaise qualité, bien au contraire. (Oups, cela nous arrive aussi parfois comme en témoignent quelques clients.)

Enfin, voici un conseil très pertinent dont vous pouvez prendre connaissance et usage pour tout ce qui est de l’art culinaire, éviter toute source chimique et molécule de parfum. En effet, vous l’avez peut-être déjà entendu pour la dégustation de mets fins (comme pour les sushis par exemple), il est recommandé de ne pas porter de parfum, de vernis ou autre fragrances lors de leur consommation afin de ne pas en altérer le goût. Nous prenons d’ailleurs grand soin, à ne pas porter de verni ni de parfum lorsque l’on emballe vos tablettes de chocolat grand cru.

 

Dégustez-moi !

Nous arrivons maintenant à l’expérience la plus intense de la dégustation de chocolat : Laissez un morceau fondre lentement dans votre bouche. Répartissez le chocolat avec votre langue pour le mettre en contact avec vos papilles gustatives. Qu’est-ce que vous percevez ?

Lors d’une dégustation, on ne commence pas, on « finit » par goûter le chocolat, après l’avoir analysé à l’aide de nos autres sens. Au moment de goûter, il faut d’abord prendre le temps de laisser le chocolat fondre en bouche. On le croque vers la fin seulement, pour laisser exprimer sa texture. Un goût complexe, une belle longueur en bouche et une texture intéressante sont l’apanage des bons chocolats.

On pourrait bien se dire que les autres sens sont accessoires avant d’arriver à la phase dégustation déterminante. Lorsque l’on croque du chocolat on doit sentir tous ses arômes et garder cette sensation en bouche plusieurs minutes après. Ce critère, appelé l’allonge fait toute la différence d’un chocolat. C’est grâce à lui, que l’on a envie de faire durer ou renouveler le plaisir d’une dégustation de chocolat. 

 

Pin It on Pinterest

Share This